Ano Hi Mita Hana no Namae o Bokutachi wa Mada Shiranai 09 – Minna to Menma

Publié: 12 juin 2011 dans Japanimation
Tags:, , , ,

Ce printemps 2011 de la japanimation touche à sa fin. L’occasion de revenir sur une des belles séries qui l’ont marqué, Ano hi Mita Hana no Mamae o Bokutachi wa Mada Shiranai (On ne connaît toujours pas le nom de ces fleurs que nous avions vu ce jour là), ou Ano Hana pour faire plus simple. Avec cet épisode 9, ça sent déjà la fin (plus que 2 et la série s’arrête).

Résumé des épisodes précédents :

Il y a une dizaine d’années ou un peu moins, 6 gamins âgés de pas très vieux – 8 ans maximum, quoi – se sont réunis pour former les Super Défenseurs de la Paix, un groupe de super défenseurs de la paix. Il y avait Jintan, dont la maman était très malade, Menma, la fille aux cheveux clairs pleine d’énergie, Anaru, une fille dont le nom se prononce comme « Anal » en japonais que ça fait bizarre, Poppo, le plus gamin à l’époque, Yukiatsu, un gars un peu timide, et Tsuruko, une gamine un peu timide aussi. Ces défenseurs de la Terre passaient leur temps libre à s’amuser, jouer à un simili pokemon, et à vivre dans leur cachette secrète. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, avec Jintan et Menma agissant comme des leaders de facto – toutes les filles étaient plus ou moins amoureuses de Jintan, et tous les garçons vaguement amoureux de Menma. Un jour, la petite Anaru a le malheur de demander devant tout le monde si Jintan aime Menma ; réagissant comme n’importe quel chiard de son âge, un peu fier à bras et en désaccord avec ses sentiments, il répond que non, jamais il ne pourrait être amoureux d’une telle « mocheté ». Menma, gênée, tente de tempérer la situation. Rien n’y fait, Jintan s’enfuit en courant. Tout le monde part à sa poursuite, et puis se lasse, et rentre chez soi. Le soir, alors qu’il est à glander sur ce qui ressemble à une GBASP, Jintan apprend de son père que Menma s’est noyée en basculant d’un pont.

10 ans plus tard (ou à peu près), les 5 gamins survivants ont bien grandi, et se sont plus que perdus de vue. Anaru est devenue une lycéenne un peu concon qui traîne avec des filles peu respectables et très agaçantes. Poppo vit comme freeter et, quand il ne travaille pas, dépense son argent en voyageant autour du monde. Yukiatsu et Tsuruko traînent toujours ensemble et vont dans un lycée réservé à l’élite ; tout le monde pense qu’ils sortent ensemble, mais en fait non. Et Jintan, qui en plus de perdre une de ses amies a aussi perdu sa mère jeune, est devenu ce que l’on appelle au Japon un hikikomori : un reclu (cf. NHK ni Yôkoso!). Tous semblent donc avoir plus ou moins bien tourné la page Menma, suivant leur petit bonhomme de chemin ennuyeux chacun de leur côté.

Jusqu’au jour où une version adolescente de Menma apparaît devant Jintan. Pensant d’abord qu’il s’agit là d’une vision causée par la fatigue, il fait abstraction de cet être particulièreme bruyant et actif (si Menma a grandi physiquement, elle garde la mentalité de son enfance). Mais rien n’y fait, et il faut se rendre à l’évidence : c’est le fantôme de Menma qui se manifeste, bien des années après la disparition de cette dernière. Pensant devoir accomplir les dernières volontés de Menma afin qu’elle puisse rejoindre le monde des morts, Jintan va se démener. Ainsi, il va se rapprocher de ses anciens amis, rencontrer la famille toujours endeuillée de Menma, et sortir de sa torpeur de hikikomori. D’abord incrédules lorsqu’ils apprennent de Jintan – qui est le seul à voir et entendre Menma – qu’il peut voir son fantôme, les 4 autres protagonistes vont peu à peu rentrer dans le jeu. On se rend alors compte que personne n’a vraiment digéré la mort de la petite fille, et que chacun porte en lui une part du poids de la responsabilité de son décès aussi brutal qu’absurde (pourquoi la gentillesse même devrait mourir alors qu’il y a encore plein de salauds qui déambulent ?). Les masques tombent un peu, et si la colère et la jalousie peuvent s’exprimer en amont, c’est avant tout la tristesse d’avoir perdu injustement une amie chère qui refait surface.

Bref, à la fin de l’épisode 8, alors que le groupe met en doute le 6ème sens de Jintan, Menma écrit un petit mot dans son carnet à l’attention de ses amis pour qu’ils arrêtent de se battre à cause d’elle. Creepy.

Episode de maintenant :

En toute logique, cet épisode 9 suit la continuité du précédent. Les Poppo, Anaru et Yukiatsuruko croient enfin en l’existence du gentil fantôme Menma. Jintan a la confirmation que ça vient pas de sa tête, alors, il va un peu mieux. Mais pas tant que ça. L’objectif de maintenant, passé la stupeur de l’existence flippante de l’esprit d’une ancienne amie morte trop jeune, va donc être de réaliser son souhait à Menma afin qu’elle n’ait plus vraiment d’attache dans notre monde et puisse trouver le repos. Et apparemment, le souhait de Menma, c’est un feu d’artifice.

Cependant, la présence de Menma va soulever de nouvelles problématiques. Là où chacun avait enfoui au plus profond de sa mémoire jusqu’au souvenir même de Menma – même si, on s’en rend compte dès le début de la série, sa disparition a influé sur le style de vie de chacun : Anaru qui devient une biatche hypersensible, Yukiatsu qui n’a pas digéré la mort de celle qu’il aimait en secret, Jintan qui devient un hikikomori, Tsuruko qui a des lunettes gravité zéro – d’un coup, tous ces sentiments bizarres et prépubères vont refaire surface. Anaru va à nouveau penser que si Menma s’est noyée, c’est sa faute parce qu’elle était un peu contente que Jintan ne soit pas franc avec ses émotions de sale gosse. Yukiatsu va s’en vouloir de s’être mangé un râteau alors qu’il avait même pas de poils et essayer de prouver à une être immatériel qu’il est devenu quelqu’un de bien avec qui elle peut sortir. Tsuruko va être encore plus passive.

Comme prévu, Yukiatsu s’avère être un des persos évoluant le mieux dans notre capacité à l’apprécier. Enfant de type B, il est devenu un adolescent de type A assez détestable, frustré et méprisant pour plus bas que lui. Mais le voyage dans le temps que provoque le souvenir de Menma va lui permettre de redevenir une personne un peu moins con. Cette scène d’humilité pour demander au père de feu sa petite amie imaginaire de leur laisser l’autorisation de faire un feu d’artifice en la mémoire de Menma est terriblement pathétique, humaine et touchante. Yukiatsu is not a douchebag anymore. Même s’il persiste à être jaloux du 6ème sens de Jintan.

L’habituellement si volubile Poppo se fait plus silencieux dans cet épisode. Même si jusqu’ici, il était ce qui pouvait ressembler de plus à un type qui croit en l’existence de l’esprit de Menma, on a jamais été sûr si c’était parce qu’il y croyait vraiment ou si c’est par compassion bonhomme pour Jintan. Sa réaction maintenant semble plutôt faire pencher la balance en faveur de la deuxième solution. Par ailleurs, cette image est à peu près la seule où on voit réellement l’action du poltergeist Menma. A chaque fois qu’on l’a vu intéragir avec autrui, soit son corps spirituel apparaissait à l’écran, soit l’image était tronquée, laissant l’imagination du spectateur faire le reste. Là, on fait plus qu’imaginer : on voit un carnet flotter en l’air.

« Tu es donc toujours vierge ? »

Confrontation intéressante que celle entre Anaru et Yukiatsu, avec Tsuruko en voyeuse passive et placide. La réapparition de Menma a aussi cet effet : permettre à ceux qui lui ont survécu mais qui pendant longtemps ont porté les stigmates de sa disparition de tourner la page. Ainsi, même si c’est par provocation, Yuki fait du rentre dedans à son amie d’enfance. Idem pour Anaru qui va peut-être pouvoir être un peu plus franche avec ses sentiments, après avoir vécu dans la superficialité. Quand à Tsuruko… bah… pour l’instant on en sait rien. Si il semble assez évident qu’elle ait des sentiments pour Yuki, on n’en est pas sûr à 100%. D’autant plus que Jintan n’est pas loin. A 2 épisodes de la fin, de toute façon, il faudrait être fou pour essayer de placer une histoire de triangle amoureux accessoire. Ca ne peut que se finir en coup d’éclat, avec explosion de sentiments et révélations frappantes. Mais surtout, surtout, ce plan me fait penser à la fin du Parrain. Voila. C’est dit.

Plouf.

L’intérêt de cet épisode réside tout de même essentiellement dans les dernières 5 minutes. Alors que Jintan était relativement absent, il tient là son rôle de personnage principal à la perfection. Rassuré de ne pas être victime d’hallucinations, il se rend alors compte que Menma est un fantôme bien réel, et que ce qu’il pouvait réfréner jusqu’ici de peur de n’avoir à faire qu’à une vision : retomber amoureux. Et c’est terrible. Parce que lui aussi se met en quatre pour pouvoir envoyer son amie au paradis. Il est tiraillé entre rester avec celle qu’il a aimé et qu’il aime encore, et son devoir moral d’honorer les morts. Ces dernières images sont très poignantes et intenses. C’est beau, superbement interprété, et ça touche droit au cœur, à moins d’être un odieux connard.

Dieu que j’ai hâte d’être la semaine prochaine ! A la manière d’un Jintan, j’appréhende beaucoup la conclusion de cette histoire (dont les épisodes 8 et 9 peuvent assurément être considérés comme l’acmé) : satisfaction de connaître la fin, et tristesse de devoir tourner la page finale d’une histoire que l’on a vraiment apprécié. Après… bah… après, les personnages, changés par cette expérience, vont évoluer, peut-être un peu moins de leur côté, et auront fait face à leurs démons.

Pas d’épisode faible, des personnages biens construits et évoluant bien, une réalisation sans faille – merci à Nagai Tatsuruki qui avait déjà pu explorer le cœur adolescent avec Toradora -, un dessin impeccable – big up au studio A-1 Pictures et au chara-designer Tanaka Masayoshi -, et surtout, un énorme bravo à Okada Mari, la scénariste de ce chef d’œuvre. Et bien sûr l’équipe de doubleurs : Kayano Ai (Menma), Irino Miyu (Jintan), Tomatsu Haruka (Anaru), Sakurai Takahiro (Yukiatsu), Kondo Takayuki (Poppo) et Hayami Saori (Tsuruko). Pas la peine d’être japonais pour apprécier cet anime. Il suffit juste d’avoir été jeune.

« Arigato, Jintan… »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s