Comment je suis devenu SPÉCIALISTE !

Publié: 14 novembre 2011 dans Ego Trip, Manga, Otakisme
Tags:, , , , , , , , , , , ,

J’écris ce post depuis le TGV n°8896, en provenance de Nantes et en direction de Paris Montparnasse, départ prévu à 21h00, qui a quitté la gare, ce qui fait que ceux qui sont restés peuvent s’approchez de la bordure du quai, s’il leur plaît. Les trains, c’est bien. Par exemple, ça sert à aller à des endroits. J’ignore quand il sera publié, étant fort fatigué, et tout ce genre de choses.

I shat myself

Bon, bon, bon… Ce week-end, comme annoncé ici, j’étais aux Utopiales, comme chaque année depuis 5 ans en fait. Sauf que là, j’y allais moins en tant que presse qu’en tant qu’invité, ce qui est bizarre et assez réjouissant quand même. J’avais le même statut que David frackin’ Lloyd, bon sang ! Et Jodorowsky ! Et puis y’avait plein d’autres trucs forts sympas, comme voir les potes (parce que c’est ça, avoir des potes), traîner toujours un peu plus à Nantes, s’hyperalcooliser consciencieusement dans Bouffay et ce genre de choses.

[Aparté : j’écoute l’album de Travis Barker, Get the Drummer some, ça envoie du bois comme jamais. C’est évident : depuis le dirty south et le crunk, les rappeurs sont les nouvelles rock stars. Pas étonnant que le batteur de Blink-182 ou que Tom Morello s’associent désormais à eux.]

Donc la Manga-tan, pour qui aurait pu en douter, était une nouvelle fois fort chouette, même si c’est pas très objectif ce que je dis là. Parler devant plein de gens qui soit jugent ta performance, soit en ont rien à secouer parce qu’ils sont venus pour le cosplay, soit encore que tu connais et qui attendent pernicieusement que tu te plantes pour pouvoir se moquer la prochaine fois qu’on boit des coups a quelque chose de sacrément cool bien que flippant au départ. A la radio, au moins, on sait pas à combien de gens on parle. Pareil quand on écrit des articles. Ca fait moins peur quoi. Bref, ce fut super trop bien.

[Nouvelle aparté : ma voisine d’en face est en possession d’une paire de loches assez énorme. Il faut ajouter à cela la vieille qui vient de rentrer essoufflée qui halète comme un Saint-Bernard asthmatique (Saint, sein, trop mort de lol). Et puis les passagers morbidement obèses qui sont bien embêtant quand on veut circuler dans les couloirs. L’atmosphère de cette voiture est très étrange.]

JEUDI : en avant les histoire(s)

Les deux étudiantes de Niigata en pleine réalisation de fresque. Les passants leur jetaient des pièces ou des cacahuètes.

Tout commence par un départ du taf un peu tôt le jeudi, pour pouvoir me rendre en temps et en heure à Montparnasse, afin de pécho un train me permettant d’arriver à Nantes à temps pour 1/ déposer mes affaires là où que j’étais logé (big up à Loulou, qui fut une hôtesse fort agréable en plus d’être une amie très chère) ; 2/ redescendre le Cours Saint André pour assister à la soirée Nantes-Niigata. Mission tout à fait accomplie, j’ai même pu manger un sandwich au jambon. Après une courte masterclass d’une professeure de l’école d’animation de Niigata, nous avons pu assister à une performance du collectif Odori Unity, basé à Nantes, et composé de jeunes breakers puisant tant leurs inspirations dans la danse hip-hop classique (pop, lock, egyptian, capoeira, freezes et autres figures ou styles d’école), tout en mêlant des éléments extrême-orientaux puisés lors de visites de danseurs nippons en la Cité des Ducs, ou de voyages au Pays du Soleil Levant. Le projet, lancé comme quelque chose d’expérimental au départ, prend racine, et c’est plutôt chouette.

S’en est suivi une conférence sur le regretté Satoshi Kon, menée par Ilan Nguyen, qui a eu l’occasion de rencontrer le réalisateur à multiples reprises. Enrichissant, c’était l’occasion de voir quelques documents rares comme les storyboards de certains films bien connus de l’homme, comme Tokyo Godfathers, ou encore les épreuves de son dernier film, Dreaming Machine, pas encore sorti, toujours en projet (le maître n’ayant eu le temps que d’esquisser qu’une petite moitié de ce film), et dangereusement en stand-by.

Après cette soirée pleine de paroles et d’enseignements, je retrouve des camarades dans une pizzeria WTF qu’on contrôle pas le service. Après, on va boire des coups, parce qu’on serait rien sans ça.

VENDREDI : (Rebecca) Black friday

White Russians, dude.

Ce jour : rien. En tout cas rien en lien avec les Utopiales. D’une part parce que la journée, je pouvais pas, j’avais piscine. Et par piscine, j’entends repas de famille en Vendée qu’on mange de 13h00 à 17h00 en rigolant et en s’engueulant. D’autre part parce que le soir, malgré toute notre bonne volonté – aller au Gaumont pour constater que la séance spéciale pour Immortels est complète ras-la-gueule ; retourner à la Cité des Congrès pour essayer de s’incruster pour assister à un concert de Minitel Rose, un groupe qu’on aime même pas – ben ce fut un gros fail. Heureusement, y’a la bière. Et les white Russians. Or, rien ne vaut une bonne rigolade qui entre potes geekos, qui entre potes de Prun’, qui entre potes de Paris, pour se remettre de sa déception.

SAMEDI : Meh ?

Broadmore = génie. Et sa barbe est putain de classe.

Dans mon souvenir ce fut une bonne journée, mais je suis plus bien sûr de pourquoi. Et rien à voir avec un quelconque trou noir consécutif à un delirium tremens : j’ai pas reniflé une goutte d’alcool depuis vendredi nuit/samedi matin. C’est juste que ce week-end fut dense, et que chaque retour dans la Belle Endormie (je vous en prie) est bien souvent chargé.

[Nouvelle nouvelle aparté : Belle Endormie, c’est pas dépréciatif pour Nantes. Je préfère ça à Moche Éveillée, par exemple. Et ça a pas plus de sens que la Ville Rose – le rose, une des couleurs les plus flan du monde avec grège – ou que la Ville aux 1000 Clochers – la France, République laïque… Et puis c’est pas comme si c’était la seule périphrase pour Nantes : Cité des Ducs, capitale de la Bretagne – hum hum –, Venise de l’Ouest… Y’en a d’autres, quoi. Mais Belle Endormie, c’est joli.]

Donc,  dans à peu près l’ordre : coupage de cheveux en lisant le dernier volume de Yotsuba, ce qui a quelque chose de tout à fait plaisant, fail de projection le matin, interview vague avec un des membres de Odori Unity, déjeuner coréen avec des personnes de mon passé quimpérois qui fait plaisir, projection de The Fall sur fat screen qui envoie du bois, glande consciencieuse dans les allées de la formidable exposition de Greg Broadmore, Cabaret Mystique de Jodorowsky où on découvre qu’il connaît quelques blagues marrantes et qu’il tweete en moyenne 42 fois par jour, puis enfin projection psychédélique de la Montagne Sacrée, film un peu WTF mais avec des images qui pètent le cul. Et je me suis procurer le 2ème livre de jeu de rôle basé sur la Brigade Chimérique aussi.

Quelques photos floues : one-man show mexicain avec Jodo, Jean-Marc et plein de gens sur scène, et David Lloyd trop posé en chemise blanche.

[4ème aparté : je viens de me faire une crampe au pectoral gauche. En fouillant dans le sac qui se trouve à mes pieds. Je ne savais même pas que j’avais ne serait-ce qu’une naissance de muscle à ce niveau de mon corps. En tout cas, ça fait très mal, et je souffre le martyr.]

Après quoi je me couche tôt – 2h00, soit 2- heures de moins que la veille – parce que le lendemain, c’est pas si loin.

DIMANCHE : accomplissements, consécration, et chute : la gloire éphémère d’un SPÉCIALISTE.

Dimanche : le jour où je suis enfin devenu le SPÉCIALISTE dont je me vante tant, surtout pour de rire, mais un peu aussi pour l’ego (on serait rien sans ça, hein, l’ego… T’ES CONTENT, FREUD ! JE ME SUIS BOUSILLÉ LE CERVEAU À CAUSE DE CET EGO À LA CON !) Mais je m’égare, et j’ai encore bien 2 heures de trajet, alors il va falloir meubler. Je pourrais aussi dormir, cela dit. Mais bon…

Tout commence vers 11h00, avec mon arrivée à la Cité des Congrès, encore et toujours. Les premiers cosplayeurs sont là. Real shit is beginning, quoi. Les différents jurés du cosplay – dont je suis – retrouvent Morgan, maître d’œuvre de la journée Manga-tan qui draine toujours autant de monde à la convention. Nous déjeunons donc à 4, Léo, Masaya, Morgan et moi, ourdissant contre le monde et tous ces trucs de mecs à lunettes. Notez que le catering des Utopiales n’a rien à envier aux plus fastueux banquets versaillais. Des valets gantés soulèvent les cloches de plats plus fins les uns que les autres qui se succèdent dans une ronde folle, le tout arrosé de breuvages raffinés et rares. Les travers de porc marinés étaient très bons, quoi. A 13h30, je retrouve un camarade journaliste qui projette de réaliser un docu radio sur le monde de la culture pop nippone vue de France, et me demande donc quelques pistes de réflexion sur la question. A ce moment, je suis déjà allé aux toilettes une demi-douzaine de fois, à cause d’une canette de Monster et de plusieurs cafés. Et du stress, un peu, sûrement…

15h45, après un peu de retard, la conférence a lieu. Avec Morgan à la modération, et entouré de Masaya et Guillaume. Trou noir. J’ai dit des choses, comme « topitop ». J’en ai entendu d’autres. J’ai certainement répondu à des trucs. Et puis c’était fini, je devais descendre de la scène, en recevant quelques textos m’affirmant que les gens qui étaient venus par politesse avaient apprécié la performance, et avaient même appris des choses. Ce qui est rassurant. Après  reprise de conscience, je suis aussi un peu frustré que n’aient pas été abordées les questions de réalité virtuelle ou de vieillissement de la population. Mais globalement, ce fut tout à fait satisfaisant, la thématique – comment, à l’aune de l’histoire de la SF dans le manga et la japanimation, les Japonais ont pu être préparés à la triple catastrophe de mars dernier – étant riche et intéressante.

Vous êtes double super. Et fous aussi.

Le cosplay se déroule très bien, avec des performances toutes flabistouflantes les unes que les autres (vrai gros niveau cette année). Paraîtrait qu’il y a eu certaines contestations par rapport aux résultats du jury, concernant la position de certains groupes sur le podium, et des a priori sur le communisme (?). A ces critiques, plusieurs choses. Le cosplay, c’est avant tout une affaire de passionnés. Participer à un concours juste pour la win, c’est un peu minable et ça reflète pas forcément l’état d’esprit du milieu, qui est avant tout de se faire plaisir en incarnant momentanément ses personnages préférés. Ensuite, ça n’est pas parce que certains membres du jury « n’y connaissent rien en cosplay » qu’il n’est pas légitime. Même, si certaines performances ont pu parler autant à des gens habitués au milieu de la culture pop jap’ que des n00bz incapables de faire la différence entre un pokemon et Goldorak, c’est plutôt bon signe. Signe que les costumes étaient soignés et que la performance était travaillée. Il est évident que nous n’étions pas tous d’accord entre nous, mais globalement, on a réussi à faire valoir nos arguments pour arriver à ce palmarès qui nous a tous mis d’accord, ménageant les déceptions. Notez donc que je ne suis pas entièrement d’accord avec ce classement, d’où mon dernier point : mon palmarès argumenté.

De gauche à droite et de haut en bas : Shinken Reddo, Agnimon, Queen Serenity et Sailor Jupiter, Axis Power Hetalia, Witch Hunter, et Black Butler/Ciel in Wonderland.

  • 4ème : Queen Serenity et Sailor Saturn : Parce que les costumes correspondaient bien au persos (évidemment), que l’histoire ne se bornait pas aux simples références à Sailor Moon, mais balayaient pas mal la culture pop’ (référence à Galactus et à Cthulu rigolotes), et que l’accessoiriste était particulièrement absurde, donc génial, dans sa position.

  • 2ème ex-aequo : Witch Hunter : Parce que les costumes étaient bien chiadés, qu’encore une fois, il y avait du lol, que l’histoire avait bien un sens, et que même si je connaissais pas le manhwa, ça a été communicatif.
  • 2ème ex-aequo : Axis Power Hetalia : Parce que les costumes étaient mortels, correspondaient aux persos, que la chorégraphie avait été pétée et répétée (on le sentait clairement), que l’histoire que racontait la performance était très bien trouvée (mettre en relation les différents personnages/pays en fonction de l’histoire mondiale), et qu’il y avait une véritable originalité dans le bouzin. Et mes excuses à la team West Blue no Kaizoku pour avoir été incapable de prononcer leur nom.
  • 1er : Black Butler – Ciel in Wonderland : Parce que les costumes (encore), mais aussi les accessoires (le carrosse, quoi), les interactions entre persos, l’histoire marrante (toujours), et l’ensemble globalement très cohérent, mettant bien en avant chacun des persos.

Voilà quel fut mon classement. Sauf que je n’ai été qu’un juré parmi 6, et qu’heureusement, je ne suis pas le seul à donner mon avis. D’où quelques frustrations chez certains participants. Mais ne cherchez à blâmer personne, et demandez-vous pourquoi vous voulez participer à un concours cosplay : pour gagner quelques DVDs, ou pour se faire applaudir dans une ambiance carrément chaleureuse (sérieusement, y’a que le cosplay qui réunit autant de monde dans l’espace Shayol chaque année – au grand dam de quelques esprits chagrins qui ne comprennent toujours pas l’existence du Pôle Asiatique aux Utopiales), acclamés tant par des mères de famille qui ne comprennent pas bien pourquoi elles sont là que par des gros geeks qui dansent et chantent sur PoPiPo

Après ça, donc, remise des prix cosplay, et projection de Eureka 7, le film. Un long métrage fort chouette, mais très dense, et donc parfois incompréhensible pour qui ne connaît pas un peu la série (ce qui était mon cas). Et là, je suis dans le train, altérant ce qui devait au départ être un article sur l’image de la famille dans Summer Wars (ça sera l’objet d’un prochain post), pour faire un bilan un peu nostalgique de ce très chouette week-end nantais et utopiesque.

Cons and Pros (c’est de l’anglais, hein)

Les moins :

  • Pas avoir pu interagir plus avec Amo par exemple, que j’avais dit que je parlerai de Prun’ avec lui et qu’en fait j’ai pas eu le temps à cause de la pression sociale et ce genre de conneries (envoie-moi un mail, mec, qu’on reparle de ça) ;
  • Les esprits chagrins ;
  • Le vendredi soir du fail qui se transforme en nuit d’ivresse ;
  • L’absence des Bogdanov (mais Morgan m’a dit que si on dit 3 fois leur nom devant un miroir, ils apparaissent – j’ai pas encore essayé, je crois pas avoir assez de place chez moi pour ranger leurs mentons) ;
  • La salle de presse qui a scandaleusement rétréci de moitié cette année.

Les plus :

  • Retrouvez les potes, déconner et boire des coups en parlant du passé comme si on avait 50 ans ;
  • Les expos de Lloyd et Broadmore, qui déchiraient chan-mé ;
  • Les quelques films vus, qui étaient très bien aussi ;
  • Rencontrer des personnes intéressantes, les orteils en éventail ;
  • SPÉCIALISTE !

En somme, ce fut quand même méga trop bien. Et là, le Travis Barker se remet au début (je suis en lecture en boucle), et ça tombe bien  parce que mon post est fini, dans la cyclicité et tout, et c’est un peu comme la notion d’apocalypse dans le manga et la japanimation. Donc WIN ! Encore une fois, merci Morgan, merci l’association des Utopiales qui offre un contenu toujours aussi intéressant, merci la Cité des Congrès. Merci à Céline du Journal du Japon grâce à qui j’en suis là aujourd’hui dans la presse BD. Merci à mes potes nantais d’être mes potes parce qu’ils puent quand même le cool eux aussi. Et mes potes pas nantais aussi, tiens. Et puis merci à ce type dont j’ai oublié le nom qui un jour m’a foutu devant un anime alors que j’avais plein d’a priori sur cette culture nippone sans queue ni tête. Maintenant, laissez-moi dormir, j’ai quelques carences, là.

Bonus stage : pour les quelques cinglés déçus de pas m’avoir vu conférencer en cosplay, voici mon interprétation de vieux Ryu un peu hipster (qui commence à avoir la vue qui baisse, donc, et porte des lunettes à bords larges). Parce que quand on parle de contenu sérieux, ce genre de déguisement peut jouer en défaveur, bizarrement.

P.S. : A 22h53, le vendredi 11 novembre (la soirée fail donc), l’inénarrable Alexandre Hervaud, célébrité des Twitterz et autres internets, alors qu’il quittait notre table de la terrasse du Live Bar pour s’en retourner via Busway dans la campagne consanguine de Sainte-Luce, où il logeait alors, m’envoyait le SMS suivant : « Enculer de sa race, j’ai 17min d’attente et je te chie dans la nuque. » Cet homme est charmant.

Publicités
commentaires
  1. Amo dit :

    Quooooi pas la presta Gurren Lagann dans ton top 4 ? NANTI ! BOURGEOIS ! COMMMMUUUNISTE !

    En fait je reste assez surpris du classement du groupe MMORPG qui déjà devrait apparaître en solo et pas en groupe (y’a qu’une personne sur scène et costumée, après tout) et qui au final semblait avoir fourni « moins » d’efforts que les autres. C’est très subjectif de ma part mais je trouvais ça trop décalé.
    (sinon j’aurais sans doute fait comme classement Hetalia en 1 – parce qu’ils m’ont troués le cul en filant à Hetalia une dimension que j’envisageais pas, même si du coup Suisse était un peu un gros branleur pendant toute la presta -, Kuroshitsuji Alice en 2, Gurren Lagann en 3, le truc coréen en 4, Sailor Moon en 5, l’autre Kuro en 6, les Vocaloid en 7 et le MMORPG en 8 car HS. MAIS OSEF JE SUIS PAS ASSEZ SPÉCIALISTE :PP .)

    Pour la conf, c’était méga vague ! J’avais l’impression que vous passiez du coq à l’âne un peu en permanence et que vous parliez de tout sans vraiment, au final, parler de quelque chose. J’avoue que pour votre défense, chaud de parler de SF, de mécha, de nature et tout ça en seulement 30mn. Du coup, ça manquait ptet un peu de passion et ça restait très académique. Après c’était pas à dormir non plus mais ça m’a laissé une sensation de « creux »

    Sinon faut dire que nous deux on avait pas non plus masse de temps de trouver du temps pour être ensemble (j’aime cette formulation <3): j'étais au festival que le dimanche après-midi – j'étais moi aussi jeudi et vendredi dans ma famille normande, le samedi j'avais pécho Green Day Rock Band et le dimanche j'ai dormi jusqu'a midi comme le bon gros branleur que je suis alors j'ai des excuses – et bon, on pouvait pas vraiment se croiser vu ton planning, j'osais pas vraiment déranger. ET PUIS JE SAVAIS PAS COMMENT TE SALUER. Avec ton prénom genre on est intime ? Avec ton pseudo super sympa à dire ? DUUUR :P.

    Mais oui je t'enverrais ptet un mail du coup x3. Où tu peux faire le premier pas si tu veux contrôler ton destin.

  2. Celine Maxant dit :

    Même moi je ne suis pas encore d’accord avec ton classement, mais comme tu dis le niveau était là. Le boulot qui a été fait par ces cosplayeurs étaient impressionnant, recherché (le carrosse).
    L’ambiance du cosplay des Utopiales est unique.
    La table rond fut très intéressante. Il y a une de tes interventions que j’ai bien apprécié et qui passera sûrement dans le reportage 🙂 (je sens que tu as peur, je te rassure, il n’y pas de gaffe dedans !)
    Nous avoir massacré la salle de presse était un geste odieux. Eureka 7 a été une grosse déception, je n’ai rien compris de bout en bout, je n’arrive toujours pas à savoir quelle était l’histoire. Absolument rien n’a fait sens. Sachant que c’était une relecture de la série, c’est tout de même balot.

  3. aterizak dit :

    Moi j’ai été ravi d’être un SPECIALISTE! avec toi 🙂

    Mais ouais, comme dit Amo, on avait trop de sujets et pas assez de temps, le pauvre Morgan a dû se dépatouiller avec ces contraintes 😦

  4. Axel Terizaki dit :

    Meh, ton formulaire m’a changé l’URL et le pseudo avant que je clique sur Laisser un commentaire :/

  5. Morgan dit :

    Merci Thomas pour ton enthousiasme, et merci Axel de replacer en effet le contexte 😉 Je suis moi aussi un peu frustré de ne pas avoir pu faire durer la discussion plus longtemps, mais les contraintes horaires sont assez dures le dimanche (dès la fin du cosplay, le festival doit être démonté car la Cité des Congrès est « rendue » à un autre salon le lundi à 7h ^^). Du coup, comme il y avait eu un décalage des conférences et tables-rondes qui nous ont précédé, nous n’avons eu que 40 minutes, au lieu de l’heure qui devait nous être consacrée. J’espère quand même que le public (pas majoritairement constitué de spécialistes, d’où cette approche parfois un peu « didactique » des échanges) aura retenu quelques idées clefs. Sinon, j’ai *adoré* toutes les prestations du cosplay, il y avait un gros gros niveau cette année 🙂

    Mon seul regret : que Thomas n’ait pas concrétiser son cosplay Ryu… je suis tristesse.

  6. DDRmysti dit :

    Je faisais parti du groupe ciel in wonderland, ça fait plaisir de voir que notre groupe à beaucoup plu, même si la presta à été répété 4 fois à l’arrache une heure avant le passage et que plusieurs membres du groupe n’ont entendu la bande son que durant ces répétitions (en plus c’était mon premier groupe, jusque là j’ai toujours fait du solo).
    Personnellement, même si mon égo de Mâle viril et reproducteur (on y croit tous…) est content d’avoir gagné, je fais partit de ceux étonnés et déçu que Hetalia n’ai pas gagné. Pour avoir des affinités avec certains membres de ce groupe, je suis l’évolution du projet depuis déjà plusieurs mois, le travail effectué et tout le tsoin tsoin, et franchement ça méritait mieux, leurs tenues étaient géniale (bien que pas toujours très complexes, selon certaines sources à à joué dans la note) et leur presta à nécessité un travail à des années lumière de ce qui à été produit pour les autres.

    Après, je veux pas trop m’avancer, mais le ton dans l’article donne un peu l’impression que les membres du groupe hetalia ont hurlé au scandale de pas avoir gagné, tout ça, mais je tien à préciser, on se connais tous plus ou moins, donc on discute pas mal, et ce « sentiment d’injustice » était présent chez la quasi-totalité des cosplayeurs présents (je ne vais pas dire la totalité, parce que dans le lot il y en a certains qu’on ne connaissait pas et donc avec qui on a pas eu d’échange).
    Également le fait que l’intérêt de la victoire n’est pas de gagner des DVD, moi par exemple je les ai laissés aux autres membres du groupe parce que ça ne m’intéresse pas vraiment (il y aurai eu des yoshis, je dis pas, il devrait toujours y avoir des yoshis dans le cosplay), mais plutôt la reconnaissance du travail effectuer. Quand on a fait un truc à l’arrache et qu’on fini en bas, ça donne envie de faire quelque chose de mieux et de progresser, quand on taf 6 mois sur une presta, originale, très travaillé et avec de nombreux membres (avec tout ce que ça implique au niveau gestion et organisation), et qu’au final on fini mal classé, c’est à dire que ça n’a pas plu aux jury, donc peut être aux gens, ça ne donne pas vraiment envie de produire autant de travail pour pas grand chose, et au final tomber dans la facilité avec une bande son/vidéo enregistré à l’arrache et un petit groupe de deux trois personnes sur scène pour faire rire le publique plutôt que de l’émerveiller (une fille de mon groupe à même pleurer en regardant leur presta tellement elle était grandiose).

    Voila, je ne fais pas le procès des jury en réclamant leur tête (la dame de coeur s’en occupera), juste apporter des précisions pour que tout ce sentiment d’injustice ne sois pas rattacher à un groupe qui serai mécontent d’avoir perdu, mais bien un sentiment générale au sein des cosplayeurs présents, et que le leur de procès (celui d’Hetalia) ne soit pas trop sévère. (pas taper pas taper, vous êtes géniaux, sans vous jury il n’y aurai pas de concours).

    • yllwngg dit :

      Je conçois tout à fait qu’un certain de nombre de personnes (la majorité ?) n’accepte pas les résultats du jury. C’est aussi pour ça que j’ai donné mon classement initial. Et si un autre juré ainsi que moi-même n’avions défendu bec et ongles Hetalia, il y a fort à parier que le groupe n’aurait rien reçu du tout (auquel cas je ne serai même pas là pour en parler, puisque mis consciencieusement en pièces dans la Salle Dune à l’annonce des résultats). Seulement, la majorité a parlé. Je ne reviendrai donc pas sur le « est-ce que la perf’ autour du MEUPORG avec une seule meuf’ sur scène avait raison d’être en cosplay collectif ? »…

      Si ça n’avait tenu qu’à moi, encore une fois, le classement aurait été celui que je donne dans le post. Alice/Black Butler aurait tout de même terminé premier, parce que les costumes et tout, mais surtout le lol. Hetalia était vraiment très chouette et calculé au millimètre, mais vachement serious business, donc pas méga festif.

      Pour ce qui est des affinités entre cosplayeurs, c’est peut-être aussi ça qui oriente ton jugement. Via le formidable outil que sont les internets et la toute aussi fabuleuse plateforme Facebook, je suis (du verbe suivre, et pas du verbe être, je tiens à le préciser sinon le sens de la phrase devient bizarre) depuis un moment l’avancée du travail du groupe de Saria/Luffy/Justine, et ai pu me rendre compte qu’ils étaient vraiment balaises. Et c’est là que le bât peut blesser : parce que je connais ces gens, ça peut altérer mon jugement. Si je ne m’étais basé que sur l’émotif, j’aurais mis Gurren Lagann en premier (poke @PiscesAmo) parce que de toutes les prestas, c’est la série que je kiffe le plus de toutes celles qui ont été présentées. Et pourtant, c’est à une perf’ Black Butler que la première place est revenue, alors même que je ne connais que vaguement le manga.

      Les 3 membres du jury issus de la TAN ont ceci pour eux qu’ils arrivent avec pas d’a priori du tout sur les oeuvres et les groupes, puisqu’ils ne les connaissent tout simplement pas. Ca leur permet d’apprécier, peut-être un peu naïvement, les costumes et les performances.

      Or, je pense avoir aimé la presta Hetalia parce que je connais un peu le webcomic via son adaptation animée – et donc par extension, j’ai pu jugé de la ressemblance poussée avec les originaux. Le novice aura seulement remarqué que les drapeaux qui se clashent correspondent effectivement aux dates affichées sur l’écran, et que pour des « gamins », c’est bien de savoir un peu l’histoire mondiale (je caricature à peine). Or, y’avait plein de détails, comme quand Belarus aide Russia à se relever, soulignant le rapport frère/soeur vaguement incestueux qui lie les deux pays dans le manga (et aussi dans la géopolitique actuelle), mais là je m’égare. Bref, j’ai vu, et j’ai vraiment apprécié, PARCE QUE JE CONNAISSAIS LE TRUC. Et j’ai tout aussi conscience des heures de dessin de patron, achat de matériaux, couture, essayage, ajustement, etc qu’impliquent un cosplay.

      Le principe de faire une perf’ sur Hetalia est complètement louable et le rendu m’a foutu la chair de poule, mais il était peut-être aussi un peu élitiste (les non-initiés n’y ayant vu qu’une reconstitution historique). Or, le principe des Utopiales, à mon sens, c’est de rendre un domaine un peu hermétique accessible à tous, en vulgarisant des sujets avec des conférences, en permettant au public de rencontrer des auteurs, et en créant des performances fédératrices comme le concours de cosplay qui réunissent petits et grands, sans que tous aient une connaissance encyclopédique en manga/anime/jeu vidéo.

      Dans l’article, je ne fustige personne. Je fais juste écho à des informations qui m’ont été communiquées, comme quoi le palmarès du cosplay des Utopiales n’avait jamais autant été vecteur de polémiques. Je ne sais pas si c’est lourd de sens, mais s’entendre dire que c’est parce qu’il y avait un drapeau de l’URSS dans la presta que le groupe a été déclassé, c’est légèrement meh comme argument. Je ne suis pas un mec de l’UNI. Je n’ai donc pas à dire que le stalinisme a fait plus de morts que le nazisme. #JustKidding #NoTroll #Seriously

      Alors certes, pour avoir échangé rapidement avec Morgan après la Manga-tan, peut-être (PEUT-ÊTRE !) qu’à l’avenir, il y aura quelques modif’ dans la répartition des membres du jury, avec « un/e vrai/e connaisseur/euse » en cosplay. Un avis d’expert en somme. Mais il ne faut pas penser que seul un jury pro peut juger l’ensemble. Ca serait retomber dans l’idée que la discipline n’est accessible qu’à une minorité d’initiés.

      Ce sera là mon seul et donc dernier argument autour du palmarès de ce cosplay 2011 qui a pu faire jaser. Je n’ai pas envie d’alimenter de troll, tu peux constater mes arguments, les juger bons comme mauvais, estimer que le jury n’est qu’un groupe d’êtres humains imparfaits (et tu auras raison), et que vox populi vox dei. Ca m’en fera bouger une sans toucher l’autre. Parce qu’il y a quand même des trucs plus graves.

  7. DDRmysti dit :

    Ne t’en fais pas, je ne cherche pas à troller ou à me plaindre, je voulais juste apporter cette petite précision du point de vu des cosplayeurs (je ne prétend pas parler en leur nom, mais c’est un sentiment point de vu qu’on a retrouvé chez tous ceux avec qui on a échanger en fin de presta) pour éviter que leur groupe passent pour des mauvais perdants pas content de ne pas avoir gagné. Je conçois parfaitement que des personnes « étrangère » à l’univers d’hetalia puisse ne pas avoir perçu la chose comme nous même l’avons perçu (quand je dis nous je t’intègre dans le lot) et que forcément ils n’aient pas été autant touché que nous par leur presta. Je suis persuadé que l’intégralité du jury à fait son devoir en son âme et conscience et qu’ils ont fait de leur mieux pour rendre un verdict le plus juste qu’il leur était possible. Je respecte leur travail et leur décision, comme on dit, les jury c’est comme la police et les arbitres, tout le monde veut les sortir mais sans eux il n’y aurai ni concours, ni ordre, ni match ^^. Le plus important dans l’histoire, c’est que la presta ai été filmé et qu’on peux la revoir en boucle sur youtube ^^.

    Je profite au passage de ce commentaire pour remercier et féliciter les organisateurs autant des utopiales que du cosplay pour la superbe organisation dont ils nous ont fait profiter (c’est pas toujours le cas, ceux qui ont participé ou eu des retours de japaniort savent que des fois, il y a quelques couacs), et leur donne rendez vous l’année prochaine en espérant un concours encore meilleurs que cette année. Et au passage merci pour les éclaircissements sur la décision rapport à hetalia, c’est vrai qu’on était un peu dans le flou mais maintenant ça me semble plus clair (je ferai tourner ton post histoire que d’autre que moi puissent en profiter).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s