J’étais au concert de BABYMETAL avec la crève et j’ai aimé ça

Publié: 1 juillet 2014 dans Divers et Variés, Ego Trip
Tags:, ,

Wholala, cet espèce de titre à la Vice style genre gonzo storytelling putassier… Ahem. Tiens, salut, ça va ? On kiffe sa petite vie ? On regarde la Suisse perdre contre l’Argentine, hein, hmmm ? C’est bien tout ça ! Eh ben pendant que tu regardais ton match de chie, moi, j’me la donnais grave. Eh ouais ! Et qu’importe les crèves chopées à Poitiers parce qu’on se baigne à moitié à poil à 3h00 du mat’, pété comme un coin à cause du soju (pour faire comme dans Hangover). J’me la suis donné grave sur le kawaii metal de BABYMETAL. Et alors que je déguste des flûtes feuilletées au fromage comme le dernier des blaireaux (z’inquiétez pas, j’ai aussi un reste de pizza froide – faut mangey équilibrey quand on est malade), je m’en vais te vous (le « vous », c’est pour si Laurent Joffrin me lit) raconter comment c’était. SPOILER ALERT : c’était bien.

La complicité, pardi !!!

La complicité, pardi !

En vérité, je ne connaissais BABYMETAL que pour quelques vidéos glanées sur l’Internet. Ce qui est déjà pas mal mais un peu léger quand même. Bon, après, des adolescentes (des gamines, même ?) loligoth qui chantent sur des grosses guitares et batteries avec des chorégraphies très idols, c’est rigolo quand même. Pour preuve :

C’est pas complètement fun, ça ? Bref, c’est avec un a priori plutôt positif mais un peu goguenard quand même que j’ai acquis la place pour ce concert du 1er juillet 2014. Les divers tweets crétins et RT ironiques de @KleM me confortaient dans cette position. Comme je me trompais.

Bon, alors je suis arrivé à la bourre, ce qui fait que j’ai loupé une mise en scène grandiose avec La Liberté guidant le Peuple et une intro à la Star Wars. Dommage. Foutus collègues américains avec leurs foutues réunions Skype à des heures indues à cause du foutu décalage horaire foutu. Lorsque j’arrivions enfin à La Cigale en compagnie d’une @Kitsuntsun fulminante, ça mosh déjà dans la fosse et le trio nippon chante déjà sur des sons distordus et saturés.

Ouais, c’est moche, mais c’est un Vine, hein. Alors ferme bien ta gueule.

Première surprise : le public est constitué, à vue de nez, à 60% de personnes qui semblent plus tenir de l’auditeur régulier de musique distordue métallique. On croise des polos griffés du logo de la dernière édition du Hellfest. De fait, les weaboos sont ceux qui, effrayés par la masse grouillante de la fosse, se sont réfugiés dans les hauteurs de l’estrade. Et aussi ils agitent des dildos rétroluminescents rouges. Deuxième surprise : c’est de la vraie musique live ! C’est suffisamment rare dans la musique contemporaine et populaire japonaise hyper marketée pour être noté : les trois filles chantent vraiment, les quatre musiciens jouent vraiment. On est pas floué comme avec d’autres artistes soutenus par Yasukata Nakata, PAR EXEMPLE.

Parlons un peu des zicos, tiens : sous leurs dégaines de combo entre Sadako et de persos sortis tout droit de Detroit Metal City, ils jouent putain de bien. On a droit à deux breaks instrumentaux – les filles sortant de scène pour se rafraîchir de la fournaise de la salle – vraiment chiadés, avec son lot de guiter-heroism, de solos de basse (DES SOLOS DE BASSE !) et de ponts de batterie. Ca gère à fond.

Musicalement, c’est assez proche d’un bon gros death metal des familles. Mais le trio se permet des incartades dans le métal des dix dernières années, allant du neo metal (avec quelques passages rappés) au dubstep (le foutu dubstep), avec aussi des trucs plus absurdes comme une espèce de pont reggae et des délires électro rappelant les morceaux pour poulpe humain de DDR. La voix de SuMetal rappelle celle des chanteuses de métal symphonique. C’est sompa.

Scénographiquement, rien de très compliqué : une toile BABYMETAL tendue dans le fond et c’est tout. Tout est dans la performance : les filles ont pour chorégraphe Mikiko, celle-là même qui crée les danses de Perfume (gage de qualitay). Ca puise dans la danse tradi nippone, les trucs désarticulés burtoniens, krump… On a même droit à des simulacres de BAGARRE. C’est cool et vivifiant. Mention spéciale à MoaMetal et YuiMetal, qui du fait de leurs tailles similaires, ressemblent à des jumelles flippantes de loin. Leur jeu aurait tout à fait sa place dans un slasher nippon quelconque. Dans la fosse, ça saute, ça claque des mains et ça agite les bras un peu comme des wottas. A un moment, une Braveheart est organisée. La dévotion du public de fosse est ouf et vraiment chouette. Avec leurs tenues aux couleurs stendhaliennes (et finalement très IIIe Reich), on peut imaginer les BABYMETAL à la tête d’un mouvement politique extrême autour du kawaii. C’est le pitch de Tommy et de The Wall, après tout (les histoires d’abus sexuels familiaux en moins – du moins, je l’espère). Des religions naissent comme ça. Lesquelles ? J’en sais rien. Mais certaines, ça se trouve, sont nées comme ça. Ca se trouve.

Oui, c'est flou. Mais si j'étais photographe, ça se saurait.

Oui, c’est flou. Mais si j’étais photographe, ça se saurait.

Quoi d’autres… Ah, oui, c’est un des meilleurs concerts auxquels j’ai assisté so far cette année. Vraiment. No irony ou quoi. Alors, oui, c’est court (une petite heure et quart), mais le job est très bien accompli. Et c’est heureux que je me suis précipité au merchandising comme le premier des pigeons à la fin. Parce que ça m’a valu plein de favétoiles et de RTs sur Twitter, plein de smiley/cœur sur Instagram et plein de smiley/j’aime sur Vine.Parce que la musique, exigeante, envoie du pâté. Parce que le public prend ça au sérieux, ce qui n’était pas gagné sur le papier. Parce qu’en terme de fun, de divertissement et de performance artistique, le niveau est balaise. Pas de MC, pas trop d’interaction avec le public, juste la musique et la danse. Et c’est bien tout ce qu’on demandait. BABYMETAL DEATH!

Advertisements
commentaires
  1. […] J’étais au concert de BABYMETAL avec la crève et j’ai aimé ça […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s