Archives de la catégorie ‘Japanimation’

Bonjour. Ça biche ou bien ? Pour ma part, c’est pépouze et tout, c’est cool, c’est bien. Je… bon, OK, ça fait un bail que je n’ai pas pris ma plume pour rédiger, que sais-je ? des choses comme une allégorie du… du je sais pas… Bon, en fait, voilà. J’ai lâché un peu l’écriture ici parce que : 1/ j’ai entre temps acquis une vie et un emploi et j’ai donc moins de temps ; 2/ j’ai pris un peu de distance d’avec le manga et l’anime parce que je saturais un peu, et puis de toute façon, j’avais moins de temps ; 3/ je suis beaucoup trop souvent dans des rades genre LE KAWAII CAFÉ pour boire des coups, du coup (environ d’anadipose) j’ai moins de temps ; 4/ je me suis mis à jouer aux jeux vidéo où on est un type qui revit la vie de plusieurs autres types du passé, mais en fait c’est comme dans Avatar mais en fait nan, et puis les conspirations et le complot mondial, donc j’ai moins de temps ; 5/ je me suis re-mis à lire pas de la BD, or, quand il y a pas d’images, ben ça prend plus de temps de finir un bouquin, donc j’ai pas trop eu le temps ; 6/ SI TU TIENS EFFECTIVEMENT À LIRE MA PROSE TEL UN STALKER DES INTERNETS ÉPIANT LES TRUCS CULTURELS QUI M’ONT PLU, tu peux toujours lire ça ou ça. Et puis y’a mon compte Twitter aussi. Taré. Mais bon, la trêve est terminée, hourra, hourra, à la santé du capitaine. Pour mettre fin à ce hiatus de quelques mois, j’ai donc choisi un sujet que je maîtrise pas vraiment, histoire de bien foirer mon retour. À savoir une comparaison entre deux réalisateurs qui partagent dans leurs domaines respectifs : Shinbo Akiyuki de chez Shaft, et Wes Anderson de chez le cinéma américain. Oui, ce chapô est bien trop long, et le mettre en gras n’arrange rien. Mais que voulez-vous, c’est l’excitation de reprendre quelque chose laissé un peu de côté, un peu comme quand on retrouve un ami qu’on n’a pas vu depuis longtemps. Mais trêve de palabres, PHOTO !

Akiyuki Shinbo, Wes Anderson, une clope, une écharpe, deux hommes, le swag.

(suite…)

« Si la musique nourrit l’amour, alors jouez« , disait Shakespeare dans Civilization IV. Comme aujourd’hui, on est le 21 juin, Jour de Fête de la Musique, nouveau blind test, comme annoncé dans le post précédent.

Tu tapes « william_shakespeare » dans Danbooru, tu tombes là-dessus. Mouais.

(suite…)

Ce blog avait 1 an. Gauche remplaçait droite. Déjà François Hollande séduisait sans son goitre. Et dans l’premier article déjà par maint endroit, la bêtise de l’auteur brisait je sais pas quoi.

Mo… MOE !

(suite…)

Chose promise, chômedu. C’est l’heure des résultats du premier Blind-Test vaguement mixé avec les pieds. Certains vont pleurer des larmes de sang, puisque parmi les nombreux participants (une dizaine, ce qui prouve que mes méthodes de spaming in articles marche moyen – VOUS AURIEZ DÛ ÊTRE DES MILLIERS !), seul un (ou une – SUSPENSE) décrochera la palme et pourra se targuer de posséder tous ces objets que j’ai à lui offrir. Les autres peuvent repartir avec leur bite (ou leur chatte – cf. supra) et leur couteau.

Tous ces objets…

(suite…)

Des signes avant-coureurs étaient décelables dès l’hiver 2012. Des choses crypto gay comme le retour de Prince of Tennis, Brave 10 ou DanshiKo. Et puis bam, printemps 2012. C’est une évidence : la bromance a renversé la vague moe-blob. Finies les collégiennes/lycéennes qui sont dans des collèges/lycées yuri. Finis les clubs de détectives/musique légère/cérémonie du thé plein de lesbiennes. Place aux basketteurs, aux pêcheurs et aux jazzmen. Et c’est pas des flans comme des meufs qui sont en réalité des flingues (WTFSRSLY), des idols d’un futur steamo-cyberpunk chelou ou des joueuses de mahjong qui vont me dire le contraire.

Virilité !

(suite…)

Il y a 26 ans jour pour jour, un avion de la Korean Airlines atterrissait à l’aéroport de Roissy. J’étais à son bord. J’avais 3 mois. En un passage douanier, puis un passage des bras d’une nourrice anonyme aux yeux bridés à ceux d’un couple de Français, Kim Kyung-Woo est devenu YllwNgg. Inconsciemment alors, j’avais accompli le rêve de Français : devenir parents. Je leur dois la vie que je mène aujourd’hui, la possibilité d’avoir eu une éducation laïque et gratuite que ma terre de naissance ne pouvait alors manifestement pas m’offrir, et celle de pouvoir écrire des bêtises ici. Et c’est les yeux mouillés – parce que ouais, ça m’émeut à fond – que je les remercie plus que je ne le pourrai jamais.

Un peu, que je suis chez moi.

(suite…)

Bonjour. Nous sommes en 2012, et dans moins de 3 semaines, les chars – russes, s’entend – débarquent à nouveau sur les Champs Élysées. Sur Internet, la campagne fait rage, et d’aucuns disent – dans les milieux autorisés – que la victoire se jouera au meilleur Konami Code planqué sur les sites des différents candidats. Nous sommes en 2012, et Bachar el-Assad continue à voir jusqu’où il peut aller avant d’atteindre le point Kadhafi. Il y a un siècle, le Titanic coulait, Kim Il-Sung naissait, et le Remorqueur remorquait. Nous sommes en 2012, mais l’important, c’est pas tout ça. L’important, c’est que les Japonais continuent à faire, avec plus ou moins de talent, de l’animation. Petit panorama subjectif de la petite vingtaine de nouvelles séries qui ont commencé au printemps 2012, et que j’ai vu le premier épisode. Bienvenue, vous êtes dans « Ma semaine à moi », épisode 5.

(suite…)