Archives de la catégorie ‘Otakisme’

Des signes avant-coureurs étaient décelables dès l’hiver 2012. Des choses crypto gay comme le retour de Prince of Tennis, Brave 10 ou DanshiKo. Et puis bam, printemps 2012. C’est une évidence : la bromance a renversé la vague moe-blob. Finies les collégiennes/lycéennes qui sont dans des collèges/lycées yuri. Finis les clubs de détectives/musique légère/cérémonie du thé plein de lesbiennes. Place aux basketteurs, aux pêcheurs et aux jazzmen. Et c’est pas des flans comme des meufs qui sont en réalité des flingues (WTFSRSLY), des idols d’un futur steamo-cyberpunk chelou ou des joueuses de mahjong qui vont me dire le contraire.

Virilité !

(suite…)

Comme bon nombre d’entre vous, je suis allé voir The Avengers cette semaine au ciné, et c’était très bien, même si niveau rythme, y’a le moment un peu long et chiant de quand ils sont pas encore complètement d’accord et tout, mais qui est nécessaire pour servir de kicker gna gna action rigolol super-héros DATASS. Bon, je m’étends pas trop sur la question, d’une part parce que je suis pas assez MarvelFag pour connaître parfaitement à la perfection parfaite les tenants et aboutissants de « oui mais Ant-Man et The Wasp » et patati patata, d’autre part parce que j’ai laissé une bouteille d’eau à moitié ouverte sur mon pieu, et que non seulement mes draps s’en souviennent, mais surtout parce que ça a abîmé mon volume 1 de Y The Last Man. Je suis un peu fussoirisé.

(suite…)

Il y a 26 ans jour pour jour, un avion de la Korean Airlines atterrissait à l’aéroport de Roissy. J’étais à son bord. J’avais 3 mois. En un passage douanier, puis un passage des bras d’une nourrice anonyme aux yeux bridés à ceux d’un couple de Français, Kim Kyung-Woo est devenu YllwNgg. Inconsciemment alors, j’avais accompli le rêve de Français : devenir parents. Je leur dois la vie que je mène aujourd’hui, la possibilité d’avoir eu une éducation laïque et gratuite que ma terre de naissance ne pouvait alors manifestement pas m’offrir, et celle de pouvoir écrire des bêtises ici. Et c’est les yeux mouillés – parce que ouais, ça m’émeut à fond – que je les remercie plus que je ne le pourrai jamais.

Un peu, que je suis chez moi.

(suite…)

Bonjour. Nous sommes en 2012, et dans moins de 3 semaines, les chars – russes, s’entend – débarquent à nouveau sur les Champs Élysées. Sur Internet, la campagne fait rage, et d’aucuns disent – dans les milieux autorisés – que la victoire se jouera au meilleur Konami Code planqué sur les sites des différents candidats. Nous sommes en 2012, et Bachar el-Assad continue à voir jusqu’où il peut aller avant d’atteindre le point Kadhafi. Il y a un siècle, le Titanic coulait, Kim Il-Sung naissait, et le Remorqueur remorquait. Nous sommes en 2012, mais l’important, c’est pas tout ça. L’important, c’est que les Japonais continuent à faire, avec plus ou moins de talent, de l’animation. Petit panorama subjectif de la petite vingtaine de nouvelles séries qui ont commencé au printemps 2012, et que j’ai vu le premier épisode. Bienvenue, vous êtes dans « Ma semaine à moi », épisode 5.

(suite…)

Aujourd’hui, le post de la flemme. La preuve ? Même cet espèce d’incipit est complètement trop court. MAIS REGARDEZ, UN DESSIN SAUVAGE APPARAÎT !

(suite…)