Articles Tagués ‘bishôjo’

Le titre de ce post n’a rien à voir avec son contenu. En fait, l’objet du présent article est de déterminer le degré de vraissemblance historique dans le premier épisode de Ikoku Meiro no Croisée, nouvelle série de cette saison été 2011 de la japanimation. Cependant, en déclarant « Les hipsters sont des cons », je voulais partager avec vous ce constat navrant dont j’ai été témoin il y a moins de 30 minutes, alors que je rentrais de Belville à chez moi, à pied, sous l’onde estivale parisienne. Alors que je passais devant le rade qui fait l’angle entre la rue Alibert et la rue Bichat (Paris Xème), j’ai pu remarquer, en 2,6 secondes, en 3 occurrences, des preuves flagrantes de la connerie des hipsters : hyperalccolisation débile (alors que l’hyperalcoolisation rationalisée est tellement plus amusante), harcèlement sexuel, et conduite en état d’ivresse. En moins de 2,6 secondes. Déjà, j’aime pas trop la rue Alibert parce qu’elle a le même nom que mon prof de SES en seconde, un type qui puait du bec et qui nous donnait des textes à trou et des QCM niveau débile pour DS ; grâce à lui, aujourd’hui, j’en sais autant sur les sciences économiques et sociales que George W. Bush sur le Moyen-Orient. Ensuite, j’aime assez peu les hipsters depuis qu’ils dansent sur des toits de Williamsburg dans des clips non officiels de Phoenix. Ouais, mec. Bref, les hipsters sont des cons. En plus de ça, alors que tout ce que je demande, c’est dormir et digérer les kilos de bouffe chinoise dont on m’a gavé au cours de la dernière heure, les crétins de jeunes centristes qui habitent l’immeuble me faisant face organisent une soirée de jeunes centristes crétins et reprennent en chœur du Tryo ou du Johnny. Si jeunes et pourtant si vieux… Bref, là, tout ce que je demande, c’est que le feu consume instantanément le Xème arrondissement, faisant fi de cette pluie ridicule, ne laissant que nous : moi, mon aigreur, et ma connexion internet. Mais ça ne serait pas très sympathique, alors je vais plutôt écrire un truc sur mon blog. Regardez Pluto(t) :

(suite…)

Alors que je me demande encore si mettre des morceaux de piment rouge dans la sauce crème accompagnant les escalopes de dinde que j’ai dévoré tout à l’heure était une bonne idée, je m’atèle [les poupées Barbie, « m’atèle »… Matel… humour… drôle, non ? Non ? bon…] à la rédaction d’un nouvel episode review d’anime en cours de diffusion au Japon depuis ce printemps 2011. Laissez-moi-vous présenter l’épisode 05 de Denpa Onna to Seishun Otoko. [Ca sent l’huile d’olive, ici, ou c’est moi ? Et pourquoi cette femme parle si fort dans la rue ? J’veux dire, je suis quand même au 4ème étage dans une rue assez fréquentée, et j’arrive quand même à entendre sa voix agaçante malgré le trafic… Ca n’a aucun sens. Mais si, en fait, ça sent bien l’huile d’olive qui chauffe… Ca m’ennuie, ça… J’ai fait une lessive et là, c’est en train de sécher, alors si c’est pour que ça sente le graillon après, merci, hein… Comment ? Vous en avez rien à foutre ? Bon, OK. Fin de la parenthèse.] (suite…)

Premier episode review, mais faut bien commencer quelque part. Et puis comme j’ai eu la bonne idée de lancer ce blog en mai, ça fait que la saison printemps en japanim’ est déjà bien avancée, donc je peux pas prendre une série de son début et tout, et c’est chiant, mais bon, je me perds en palabres inutiles. Bref, je suis contraint et forcé, afin de coller un tant soit peu à l’actualité, de commencer mes reviews par des séries déjà en cours. Bref, la critique d’aujourd’hui portera sur l’épisode 6 de Hanasaku Iroha. (suite…)