Articles Tagués ‘Ikoku Meiro no Croisée’

Il y a 26 ans jour pour jour, un avion de la Korean Airlines atterrissait à l’aéroport de Roissy. J’étais à son bord. J’avais 3 mois. En un passage douanier, puis un passage des bras d’une nourrice anonyme aux yeux bridés à ceux d’un couple de Français, Kim Kyung-Woo est devenu YllwNgg. Inconsciemment alors, j’avais accompli le rêve de Français : devenir parents. Je leur dois la vie que je mène aujourd’hui, la possibilité d’avoir eu une éducation laïque et gratuite que ma terre de naissance ne pouvait alors manifestement pas m’offrir, et celle de pouvoir écrire des bêtises ici. Et c’est les yeux mouillés – parce que ouais, ça m’émeut à fond – que je les remercie plus que je ne le pourrai jamais.

Un peu, que je suis chez moi.

(suite…)

Publicités

The following takes place between 01/01/2011 and 26/12/2011. Ouais, parce que si ce post est publié le 27 décembre, il a été rédigé le 26, c’est pour ça que ça parle de Boxing Day ou de trucs comme ça.

Et aussi, ce post est rédigé entre l’ingestion d’un bol de oyaku, et un bol à venir de soupe à l’oignon (parce que ça va bien avec les sandwiches, par exemple quand on a une réunion – c’est pratique en plus – oui, j’ai maté l’OAV de Toradora qui n’apporte absolument rien de nouveau à l’histoire – but who cares ?) Parce que voyez-vous, le destin, facétieuse notion philosophique qui nous échappe autant qu’à Jack Shephard, se joue une nouvelle fois de moi, en me collant LA MALADIE qui fait chanter les entrailles et danser les estomacs depuis le 23 décembre au soir. C’est joyeux, la mine radieuse et le teint frais que j’ai partagé la dinde avec la petite trentaine de membres familiaux réunis pour l’occasion, comme chaque année. Aujourd’hui, jour de Boxing Day, LA MALADIE semble avoir un peu reculé. Il n’empêche que c’est vaguement fiévreux et inquiet (Ai-je mis trop de farine dans la soupe ? Y ajouter du curry était-il une bonne idée ? Pourquoi diable ma sœur écoute Jeune et Con de cette endive de Saez ?) que je rédige ce post. Aussi, pardonnez mes égarements qui seront certainement plus nombreux qu’à l’accoutumée. Et les réponses aux questions sont : après goûtage, non ; après goûtage, oui ; parce qu’elle a des goûts musicaux globalement pas bons.

MIYO-CHAN !

(suite…)

Presque une semaine depuis le dernier post. Le continuum espace-temps doit avoir évoluer depuis que j’ai lancé ce blog, parce qu’il me semble que j’avais un rythme un peu plus soutenu… À MOINS QUE CE SOIT PARCE QUE JE RECOMMENCE À AVOIR UNE VIE SOCIALE ? OU ALORS PARCE QUE JE SUIS PASSÉ À PLEIN TEMPS ET QUE CONCILIER BOULOT, SORTIES, VISIONNAGE D’ANIMES, VISIONNAGE DE SÉRIES, LECTURES, RÉDACTION D’ARTICLES POUR DES VRAIS MÉDIA ET RÉDACTION D’ARTICLES POUR LE BLOG, C’EST DIFFICILE AVEC DES JOURNÉES DE SEULEMENT 24 HEURES… Bref, c’est pas parce que c’est les vacances (c‘est les vacances en Italie) ou quoi – j’en aurai pas avant au moins dans un an, des vacances… – mais bien parce que ma vie est mieux remplie qu’avant. Et en plus, je viens de me procurer Stracraft II… Et en plus je compte me procurer les Etrian Odyssey… Et en plus je compte me procurer l’intégrale de Buffy… I’M FUCKIN’ DOOMED 4 THE NEXT 3 YEARS (at least) ! Mais trêve de pignage et passons aux choses sérieuses. Aujourd’hui : la saison été 2011 en japanimation, placée sous le signe de Dieu, des lapins et des monstres en tout genre. (suite…)

Le titre de ce post n’a rien à voir avec son contenu. En fait, l’objet du présent article est de déterminer le degré de vraissemblance historique dans le premier épisode de Ikoku Meiro no Croisée, nouvelle série de cette saison été 2011 de la japanimation. Cependant, en déclarant « Les hipsters sont des cons », je voulais partager avec vous ce constat navrant dont j’ai été témoin il y a moins de 30 minutes, alors que je rentrais de Belville à chez moi, à pied, sous l’onde estivale parisienne. Alors que je passais devant le rade qui fait l’angle entre la rue Alibert et la rue Bichat (Paris Xème), j’ai pu remarquer, en 2,6 secondes, en 3 occurrences, des preuves flagrantes de la connerie des hipsters : hyperalccolisation débile (alors que l’hyperalcoolisation rationalisée est tellement plus amusante), harcèlement sexuel, et conduite en état d’ivresse. En moins de 2,6 secondes. Déjà, j’aime pas trop la rue Alibert parce qu’elle a le même nom que mon prof de SES en seconde, un type qui puait du bec et qui nous donnait des textes à trou et des QCM niveau débile pour DS ; grâce à lui, aujourd’hui, j’en sais autant sur les sciences économiques et sociales que George W. Bush sur le Moyen-Orient. Ensuite, j’aime assez peu les hipsters depuis qu’ils dansent sur des toits de Williamsburg dans des clips non officiels de Phoenix. Ouais, mec. Bref, les hipsters sont des cons. En plus de ça, alors que tout ce que je demande, c’est dormir et digérer les kilos de bouffe chinoise dont on m’a gavé au cours de la dernière heure, les crétins de jeunes centristes qui habitent l’immeuble me faisant face organisent une soirée de jeunes centristes crétins et reprennent en chœur du Tryo ou du Johnny. Si jeunes et pourtant si vieux… Bref, là, tout ce que je demande, c’est que le feu consume instantanément le Xème arrondissement, faisant fi de cette pluie ridicule, ne laissant que nous : moi, mon aigreur, et ma connexion internet. Mais ça ne serait pas très sympathique, alors je vais plutôt écrire un truc sur mon blog. Regardez Pluto(t) :

(suite…)